visitez la rubrique
ACCUEIL ACTUALITES MOVIDA MUSIQUE PHOTOS VIDEOS LIENS
Contactez-nous
Rechercher

Recherchez votre artiste préféré dans notre base de données :

Autre

Sélection de CDs

Cogele el GustoBachata Hits 2003All U Need is Zouk
30 ans jusqu'au ZénithDescartesAlgo Nuevo
Grandes Exitos (Adalberto Alvarez Greatest Hits)SummertimeLive at Birdland

Découvrez


Elio Reve Jr. y su Charangon



El Gran Combo



Conjunto Chappottin y sus Estrellas Cuba



Publicités

CASA LATINA - CONCERTS OCTOBRE 2017

CASA LATINA- TAINOS

TEMPO LATINO

LATINOSSEGOR 2017

RON CANEY

BACHATA

CUBANERO

TOROS Y SALSA

CASA LATINA

CASA NOVA

AU PETRIN MOISSAGAIS

CASA LATINA- CONCERTS OCTOBRE 2017



Photos

TEMPE LATINO - 30 07 2017- DIEGO EL CIGALA
LATINOSSEGOR - 3 09 2017- SEPTETO NABORI
CASA LATINA- 2 06 2017 - HEAVY CONPA ET TAINOS

YouTube

CASA LATINA - TEASER DES SOIREES

CASA LATINA- 04 2017 - KASKADBAND

CASA LATINA- 02 2017 - GITANERIAS


salsa

Découvrir la musique latine avec :

Ray Barretto (États-unis)

               Ray Barretto, (né le 29 avril 1929 à Brooklyn (New York) et décédé le 17 février 2006), est un Conguero, directeur d'orchestre, compositeur, arrangeur et producteur de salsa et de latin jazz.

               Fils de parents portoricains, Ray a été élevé dans les ghettos latins de Harlem et du Bronx, dans un environnement rempli de musique portoricaine mais avec un amour pour les groupes de swing de Duke Ellington, Count Basie et de Benny Goodman.

              Le jeune Ray a commencé à jouer dans des descargas (jam sessions, "bœuf") tenues dans le club de jazz Orlando à Munich, durant les années où il remplissait le service militaire obligatoire. De retour à la vie civile en 1949, Ray a continué à jouer des percussions à New York jusqu'à ce qu'il ait obtenu son premier travail dans le Combo Latin Jazz d'Eddie Bonnemere.

              Au début des années 1950 dans la salle de l'Apollo Harlem, Ray Barretto jouait des congas dans l'orchestre qui faisait la première partie de Charlie Parker, le génie du bebop. En l'écoutant, ce dernier l'invite à être intégré dans son groupe pour le concert de la nuit. Après cette rencontre, est né le cubop, mélange de bebop et de rythmes latins, lequel a nourri le latin jazz.

              Puis il a fait partie du conjunto de José Curbelo, où il remplace Mongo Santamaría dans l'orchestre de Tito Puente. Barreto est resté dans cet orchestre pendant quatre ans, période où il est aussi intervenu comme musicien de studio dans des enregistrements de type « rhythm and blues » tels que Garland, Gene Ammons et brièvement, Herbie Mann.

             En 1961, la maison de disques Riverside a décidé de s'attaquer au marché de la musique latine. Ils contactent Barretto qui forme un orchestre de charanga. « Pachanga with Barreto » a été le premier des deux disques que Ray a enregistrés avec eux. Mais devant le mécontentement de l'expérience, il a changé de maison de disques pour entamer une nouvelle stratégie musicale.

             En enregistrant pour la maison de disques Tico, Barretto a obtenu son premier succès avec la chanson « El watusi » en 1963, première chanson latine en pénétrer le hit-parade Billboard aux États-Unis. Après plusieurs albums avec Tico, Barretto a signé avec la maison de disques UA avec l'espoir d'obtenir une plus vaste distribution de ses disques. Avec eux il effectue des productions comme « Ray Barretto Señor 007 ». Mais devant le manque d'efficacité sur le marché, il décide de signer chez Fania, récemment formée en 1967. Son premier disque pour le label, « Acid », a été une expérience de fusion avec le « rhythm and blues » qui lui a valu l'attention du public latino.

              Avec la Fania, Ray Barretto se lance dans la salsa. En même temps, il a pris part à des enregistrements de figures anglos-saxonnes comme Cal Tjader, Average White Band et les Bee Gees (sur Wind of Change), entre autres. Depuis 1968, il a fait partie de la Fania All-Stars, et avec des disques comme « The Message », « Power » et « Indestructible », il devient un artiste majeur de la musique tropicale. En 1973, il voit certains de ses musiciens le quitter pour former le groupe Típica’73. Un de ses grands succès dans cette période a été son disque « Barreto », qui en 1975 a obtenu une nomination aux Grammy Awards.

               Pendant ces années sont passés dans son orchestre des grands chanteurs tels qu' Adalberto Santiago, Tito Allen, Rubén Blades, Tito Gómez et Ray de La Paz. Son orchestre a également disposé de talentueux musiciens comme le timbalero Orestes Vilató, le bassiste Andy González, le pianiste Oscar Hernández, le timbalero Ralph Irizarry et les trompetistes Robert Rodriguez et René López.

                De 1976 à 1978, il a enregistré trois disques de jazz pour la maison de disque Atlantic Records. L'un d'eux, « Barretto Live... Tomorrow », a été nommé pour un Grammy. En 1979 il retourne chez Fania pour des enregistrements de salsa, en produisant un album considéré par les critiques comme un classique : « Ricanstruction ». Ce dernier a été proclamé par la revue Latin N.Y. comme « Meilleur Album » de 1980, et Barretto a été également distingué comme conguero de l'année.

                  Pendant les années 1980, Ray a éprouvé une diminution dans sa popularité. Toutefois de nouvelles nominations aux Grammy ne se sont pas fait attendre : la production « Ritmo de la Vida » et en 1990 le disque « Ritmo en el Corazón », lequel a disposé la participation de la chanteuse Celia Cruz.

                 Durant les années 1990, Ray Barretto a continué sa carrière en gravitant entre ses deux grandes passions - le latin jazz et la salsa - en enregistrant des disques des deux types et en voyageant par les États-Unis, l'Europe et l'Amérique du Sud.

                 Le 17 février 2006, il décède au Centre médical universitaire d'Hackensack (New Jersey) de complications post-opératoires liées à un quintuple pontage coronarien.

                 Ray Barretto en concert à Dax.   

                 Les commentaires musicaux de CBS

                 Ray Barretto les photos de son concert mémorable à Toros y Salsa

                     



Voir aussi...

  • Album(s) commenté(s) :

    Ray Barretto
    Latin Soul Man
    (latin soul)
    Ray Barretto
    Head Sounds
    (latin jazz)
    Ray Barretto
    The message
    (salsa)
    Ray Barretto
    Live 50 th anniversary
    (latin jazz)
    Ray Barretto
    Homage To Art
    (latin jazz)
    Ray Barretto
    Hard Hands (fania légend)
    (latin soul)
  • Les 34 vidéos YouTube et DailyMotion de ...












  • Biographies

    Découvrez dans cette section l'histoire des artistes majeurs qui font la culture de la musique latine. >> Lire les fiches

    FORUM

    Vous souhaitez réagir sur un artiste ou album commenté dans les pages de bordeauxsalsa.com, rejoignez la communauté de bordeauxsalsa et dialoguez avec des milliers d'internautes...
    • Je souhaite m'inscrire
    • Je rejoins le forum

      Publicités



      CASA LATINA

      Mavilleamoi

      SUMMER MIX 2017 - CD CASA LATINA

      RADIO LATINA

      LATINOSSEGOR 2017

      TEMPO LATINO

      TAINOS

      MYTHIC BURGER


    ACCUEILACTUALITESMOVIDAMUSIQUEPHOTOSVIDEOSLIENS

    2017 - bordeauxsalsa.com - Tous droits réservés
    Conception du site et outils communiquants : vixellMEDIA