visitez la rubrique
ACCUEIL ACTUALITES MOVIDA MUSIQUE PHOTOS VIDEOS LIENS
Contactez-nous
Rechercher

Recherchez votre artiste préféré dans notre base de données :

Autre

Sélection de CDs

FresquecitoMiguelito Cuni y el Conjunto ChappottinAmor A Santiago
Clasico De NuevoNiño Rivera y su ConjuntoArroz con Habichuela
Seven TripsEn Dos TiemposEn Vivo

Découvrez


Oscar D



Eddy K



Grupo Galé



Publicités

CASA LATINA - CONCERTS DE LA SEMAINE

TORO Y SALSA 2017

LATINOSSEGOR 2017

RON CANEY

BACHATA

CUBANERO

TOROS Y SALSA

CASA LATINA

CASA NOVA

AU PETRIN MOISSAGAIS

SPRINT COPIE



Photos

CASA LATINA- 21 05 2017- OPEN SUNDAY MUSIC ImsOne VIBZ
CASA LATINA- 19 05 2017- KASKADBAND ET TAINOS
CASA LATINA- 18 05 2017- OPEN ZIK LIVA AVEC WILD WAYS TRIO

YouTube

CASA LATINA - TEASER DES SOIREES

CASA LATINA- 04 2017 - KASKADBAND

CASA LATINA- 02 2017 - GITANERIAS


salsa

Découvrir la musique latine avec :

Orchestra Baobab (Sénégal)

LA ORCHESTRA BAOBAB : LE REJAILLISSEMENT
 
           Le vent portant de "Buena vista social club" a gonflé les voiles de l’orchestre Baobab qui, pendant une quinzaine d’années, avait affalé ses gréements mettant en vacances ses musiciens dont beaucoup s’étaient lancés dans une carrière solo à l’image de Thione Seck. Aujourd’hui, l’orchestre Baobab a retrouvé son blason d’antan et parcourt le monde.

           Avec le retour, en 2001, de l’orchestre Baobab qui faisait la pluie et le beau temps au Sénégal dans les années 70 et 80, on se serait attendu à voir des papys bedonnants et essoufflés. Mais que non !. Le vent qui les porte ravive en eux une fraîcheur comme si ces quinze années de break n’avaient duré qu’un mois.

            L’histoire de leurs retrouvailles mérite d’être contée. Barthélemy Attisso, le chef d’orchestre et guitariste avait repris sa robe d’avocat et ouvert son cabinet à Lomé (Benin). C’est par un simple coup de fil qu’il fut averti du désir du groupe de hisser à nouveau les voiles et reprendre la route. On ne lui donnait qu’un mois pour rejoindre le groupe dans la capitale sénégalaise. "L’envie aussi me titillait, confie Barthélemy, Il est vrai que durant ces quinze années d’absence de la scène, à chaque fois que j’entendais notre musique sur les chaînes de radio, j’avais un pincement au cœur et je me répétais que ce n’était pas possible que notre long compagnonnage se termine ainsi."

            Quand il déposa sa robe d’avocat pour reprendre sa guitare et voir s’il lui était possible de remonter sur scène, ses doigts se figeaient sur le manche de la guitare. L’instrument ne reconnaissait plus les doigts du propriétaire. A moins qu’il ne s’agissait là que d’une bouderie. Une rééducation pour retrouver l’agilité des doigts s’avérait nécessaire. Il s’imposa un entraînement forcé et avec le soutient de son épouse qui le relevait dans les moments de doute, il reprit confiance.

              A l’aéroport de Dakar, où les Rudi Gomis, Balla Sidibé, Ndiouga Dieng, Latfi Bengeloun membres du groupe venus l’accueillir, l’attendaient avec fébrilité, sa surprise fut grande de constater qu’ils étaient en bonne santé et en pleine forme. Les répétitions pouvaient reprendre avant le voyage à Londres. "Je m’attendais, une fois en Angleterre de faire un travail pénard de studio pour l’enregistrement d’un album", se souvient Barthélemy Attisso. Autre surprise, l’orchestre devait se produire en concert et les malices de la programmation de ce premier concert, les plaça juste après le mythique "Orchestra Aragon de Cuba". De quoi donner la pétoche à n’importe quel musicien de variété. Cette première prestation à Londres fut un couronnement avec comme dit le chef d’orchestre "un standing ovation".

             Aujourd’hui, l’orchestre est pris dans le tourbillon des concerts à travers le monde. Cette renaissance doit beaucoup à la chance, reconnaissent les musiciens. La chance d’avoir rencontrer Nick Gold, le patron de la maison de production "World circuit records", qui a cru en leur musique et à leur talent de musiciens de variété ayant un répertoire transnational. Leur dernier album, "Made in Dakar", signale leur retour dans la capitale sénégalaise avant une série de tournées qui débutera à Paris le 8 novembre 2007 pour se poursuivre en Angleterre, Hollande, Allemagne, Suisse, Autriche, Danemark, Finlande, Italie.

            Au début de l’année prochaine, l’orchestre sera en Nouvelle Zélande et en Australie. "Made in Dakar", pour saluer le savoir faire des Sénégalais en matière d’enregistrement, puisque le travail a été effectué dans les studios Xippi de Youssou Ndour. Une bonne partie de l’album est constituée de titres déjà enregistrés dans les années 70 sur disque vinyle avec la qualité de l’époque. A l’heure du numérique, il fallait les exhumer et permettre à la génération actuelle d’enfourcher la machine à remonter le temps. Pape Ndiaye, Nijaay, Sibam etc… font partie des anciens titres. Aline et Colette, de nouvelles compositions qui résonnent comme une profession de foi pour une ouverture musicale encore plus grande. Le "Nijaay" referme en lui quelques sonorités de la Junju music. Il est donc loin, comme ont tenu à le rappeler certains musiciens, le temps où les enregistrements se faisaient avec deux micros reliés à un magnétophone Nagra. Cet album porte un hommage au musicien Demba Boubacar Camara du Bembeya jazz avec le titre "Beni Baraale". Ce nouvel album ravira les nostalgiques qui retrouveront leurs jambes de jeunesse et le parfum des cavalières de l’époque.
 Publié le 15 septembre 2007
http://africanglobalnews.com/index.php?page=article&id_article=1034

Baba Diop

             Formé dans les années 70, ce groupe de Dakar mélange les influences venant de la musique cubaine et les traditions locales. Orchestra Baobab était très connu dans toute l’Afrique de l’Ouest avant que le m'balax n’emporte tout sur son passage. Nick Gold, directeur de World Circuit, a organisé leur retour en 2001, comme il l’avait déjà fait avec succès pour un certain groupe de papy cubain.

Orchestra Baobab

             Il arrive parfois que certaines décisions politiques prisent pour assouvir un désir personnel, servent l’intérêt collectif. Dans les années 60, certains membres du gouvernement sénégalais décident de créer un club « Le baobab », afin d’y reposer leurs oreilles et se détendre après leurs journées de dur labeur. Un groupe vient les distraire l’« Orchestra Baobab ». C’est ainsi que naît, la formation, qui deviendra très vite le groupe officiel de tout un pays. Ses membres viennent d’ethnies différentes et se portent en étendard de l’unification du pays. Orchestra Baobab se fait connaître dans toute l’Afrique de l’Ouest mais les années 80 arrivent. De nouvelles icônes apparaissent. Youssou N’Dour, Xalam, la vague du Mbalax modernisé emporte tout sur son passage. La formation risquait de disparaître à jamais mais c’était sans compter sur un certain Nick Gold, directeur de World Circuit, et spécialisé dans le retour sur le devant de la scène de papys musiciens. Il part à leur recherche et les retrouvent non sans difficultés, certains sont griots, d’autres avocats. Il organise leur retour en 2001, comme il l’a déjà fait avec succès pour le Buena Vista Social Club. Nick Gold écoute de vieux enregistrements et réédite l’album « Pirates Choice ». Puis ils partent en tournée et enregistrent cette fois avec l’aide de Youssou’N Dour, le live « Specialist in all styles ». La musique de l’Orchestra Baobab est incroyablement chaloupée et métissée, les chants sont en wolof, en français ou en espagnol et les influences latines y sont flagrantes. Rythmes de pachanga ou encore de cha cha cha se mêlent à l’essence de la musique africaine.



Voir aussi...

  • Album(s) commenté(s) :













  • Biographies

    Découvrez dans cette section l'histoire des artistes majeurs qui font la culture de la musique latine. >> Lire les fiches

    FORUM

    Vous souhaitez réagir sur un artiste ou album commenté dans les pages de bordeauxsalsa.com, rejoignez la communauté de bordeauxsalsa et dialoguez avec des milliers d'internautes...
    • Je souhaite m'inscrire
    • Je rejoins le forum

      Publicités



      CASA LATINA

      Mavilleamoi

      SUMMER MIX 2017 - CD CASA LATINA

      RADIO LATINA

      LATINOSSEGOR 2017

      TEMPO LATINO

      TAINOS

      MYTHIC BURGER


    ACCUEILACTUALITESMOVIDAMUSIQUEPHOTOSVIDEOSLIENS

    2017 - bordeauxsalsa.com - Tous droits réservés
    Conception du site et outils communiquants : vixellMEDIA